Médecine ouïghoure

Les Ouïghours ont d’importantes connaissances et de pratiques médicales. Les sources chinoises de la dynastie Song (906-960) montrent qu’un physicien ouïghour, appelé Nanto (venu en Chine en voyage), avait ramené avec lui de nombreux médicaments, inconnus jusque là des Chinois. Li Shizhen (1518-1593), un médecin et naturaliste chinois de la dynastie Ming, enregistre cent-trois sortes d’herbes, utilisées régulièrement dans la médecine ouïghoure, dans son ouvrage Grand Traité de la Matière Médicale. Un chercheur tatar, le professeur Resit Rahmati Arat, raconte dans son ouvrage Zur Heilkunde der Uighuren (Pratiques Médicales des Ouïghours), publié en 1930-1932 à Berlin, que certains chercheurs pensent que l’acupuncture n’appartient pas à la médecine chinoise, mais est une découverte ouïghoure.

Au carrefour des cultures d’Orient et d’Occident, sur la Route de la Soie, les médecines occidentales et orientales se rencontrent dans le Turkestan chinois, ce qui stimule le développement précoce de la médecine et de la pharmacie ouïghoure. Se basant sur leur propre expérience et sur l’assimilation des aspects positifs des autres médecines, les Ouïghours ont perfectionné leurs techniques, formant un système médical efficace. Ils ont développé au cours des siècles leur propre pharmacopée, reposant sur la richesse de la biodiversité botanique de leur pays.

Aujourd’hui, dans chaque ville de la région, il y a un hôpital de la médecine traditionnelle ouïghoure. L’Institut de la Médecine Ouïghoure de Hoten est réputé dans l’Asie centrale, et une partie importante des étudiants viennent des pays voisins. Le Xinjiang est l’une des quatre régions où la longévité est la plus importante sur la planète.

En France, la région de Franche-Comté a investit en 2009 dans une recherche importante qui s’illustre par une coopération originale entre la France, la Chine et la Thaïlande, avec pour base de travail la médecine traditionnelle ouïgoure. L’Université Bordeaux est en collaboration avec l’Université Médecine du Xinjiang depuis dix ans sur de nombreux projets combinant la médecine ouïghoure et la médecine occidentale.

Contact

Courriel : contact (at) uyghur-institute (dot) org
Adresse : prochainement